Place à l’ennui

D’un coup, tu me traverses l’esprit
Et tu parviens alors à tout envahir
Ne me lâches pas, place à la monotonie
Tu ne pars pas, je crains le pire

Seules des pensées noires me viennent
Plus aucune motivation n’émane de moi
La morosité, la passivité me tiennent
Heureusement ça n’arrive que parfois

Je cherche alors à rapidement m’éclipser
À gagner en gaieté, un peu de soleil
C’est perdu, tu me possèdes en entier
J’espère que quelque chose m’éveille

Comment te pourchasser, te faire partir ?
Tu cesseras sans faire un grand fracas
Tu passeras comme ça, sans souvenir
Quand un autre bon moment t’échappera

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s